15.04.2012

Un barrage à forcer

millas,us millas,le boulou,barrage,thuirLa qualification pour le championnat de France ou la porte. Voilà l'enjeu du barrage Honneur qui mettra aux prises Millas et Le Boulou cet après-midi. Comment jouer toute une saison en 80 minutes. "C'est le match de l'année pour nous", explique Marc Juan, coentraîneur de Millas. "Si on gagne, on se qualifie pour le championnat de France et c'est ce qu'un joueur de rugby attend toute la saison. Par contre, si on perd, c'est terminé et ça serait le dernier match de Marc (Adroguer) et moi. On y pense forcément".

Une donnée importante pour les joueurs de Millas mais qui ne devrait pas attendrir ceux du Boulou, bien décidés à rejoindre la Salanque Côte Radieuse en finale.

"On aborde ce match avec confiance", souligne Olivier Toure, qui entraîne Le Boulou avec Xavier Clara et Stéphane Magne. "On a réussi à battre Millas une fois en y mettant la manière (NDLR : 17 à 11 le 25 mars, les trois autres confrontations entre les deux équipes cette saison ont tourné à l'avantage de l'USM). On se dit qu'on a nos chances".

Quoi qu'il en soit, la rencontre promet d'être "serrée et tendue" dixit Toure, entre les deux formations et il est objectivement difficile de dégager un favori pour ce barrage. Si Millas partait avec les faveurs d'à peu près tous les pronostiqueurs au début de la deuxième phase, son parcours, irrégulier, a révélé des failles dans le collectif de l'USM, qui paraissait pourtant si bien huilé ces dernières saisons : "On n'a pas retrouvé sur ces play-off les joueurs conquérants qu'on voit depuis trois ans", admet Juan. "On espère retrouver notre état d'esprit sur ce match qu'on aborde au complet".

De son côté, Le Boulou a surtout souffert de n'avoir que rarement pu aligner son équipe type à cause des nombreuses blessures endurées cette saison (Cortes, Camps, Roitg, Froger...) : "On récupère David Coll et Laurent Froger pour ce match, reprend Toure. Mais on a Lionel Texido suspendu après avoir reçu un rouge contre Pollestres". Une donnée qui pourrait avoir son importance vu l'impact que peut avoir le troisième ligne quand il évolue avec Le Boulou cette saison. "C'est dommage, peste Olivier Toure avant de poursuivre. J'espère qu'on verra un beau match et que le vainqueur gagnera ensuite la finale parce que, que ce soit nous ou Millas, nous méritons plus d'être champions que la Salanque".

"Je l'ai dit aux joueurs, je pense que le vainqueur du barrage gagnera la finale", estime aussi Marc Juan. Mais avant de penser à la finale, les deux équipes ont un barrage à forcer.

06.10.2011

La fête de l'ovalie

millas, rugby, tournoi, comemale, bayonnen, ER Canigou, ER Vallespir-Céret, ESC argelès, Thuir, ESCBAC, Moulin à Vent, Canet-Sainte Marie, Limoux ER La ClapeESC-Céret, le derby.
Le "Comemale", tournoi de début de saison, prend au fil des ans de plus en plus d'importance. L'esprit de clocher et de rugby de village y sont toujours présents, ce qui fait son charme et son attraction.
millas,rugby,tournoi,comemale,bayonnen,er canigou,er vallespir-céret,esc argelès,thuir,escbac,moulin à vent,canet-sainte marie,limoux er la clapeCette année, c'est 1.049 joueurs inscrits, douze équipes : Bayonne, USAP, ER Canigou, ER Vallespir Céret, ESC Argelès, Thuir, ESCBAC, Moulin à Vent, Canet Sainte-Marie, Limoux, ER La Clape et US Millas et presque autant de parents et supporters assidus.

millas,rugby,tournoi,comemale,bayonnen,er canigou,er vallespir-céret,esc argelès,thuir,escbac,moulin à vent,canet-sainte marie,limoux er la clapeAlignant leurs troupes des baby's aux minimes, ce tournoi d'automne, permet à chaque club en lice, de se tester amicalement sans esprit de compétition sur les terrains.millas, rugby, tournoi, comemale, bayonnen, ER Canigou, ER Vallespir-Céret, ESC argelès, Thuir, ESCBAC, Moulin à Vent, Canet-Sainte Marie, Limoux ER La Clapemillas, rugby, tournoi, comemale, bayonnen, ER Canigou, ER Vallespir-Céret, ESC argelès, Thuir, ESCBAC, Moulin à Vent, Canet-Sainte Marie, Limoux ER La Clape

09.06.2011

La "Mission locale jeunes" parie sur la proximité

millas,thuir,mission locale jeune,parrainageParrains et jeunes à la recherche d'emplois, une démarche efficace.

La Mission locale jeunes accueillait récemment une rencontre d'un genre inédit, particulièrement utile par les temps qui courent. L'idée était de faire échanger quelques chefs d'entreprises (une quinzaine) avec les jeunes venus s'informer de métiers et, surtout, leur positionnement sur le marché du travail. La démarche était initiée par la Mission locale jeunes de Millas et de Thuir dont l'efficacité concernant le parrainage vers l'emploi n'est plus à démontrer depuis 10 ans.

Rassemblés dans un moment avant tout convivial, les décideurs, venus essentiellement du canton de Millas et de Thuir, se sont ainsi mobilisés pour répondre aux questions touchant le marché local de l'emploi, et en particulier les exigences modernes du monde de l'entreprise.

Même si la conjoncture peut paraître morose, la matinée aura été l'occasion d'une approche du monde du travail éloignée des circuits traditionnels, ceci en proposant des pistes de réflexion guidées par le seul souci de la proximité. Et de l'avis même des participants réunis lors de ce petit-déjeuner (cela faisait partie intégrante de la rencontre), ce type d'initiative est à renouveler, avec, on l'espère, des signatures de contrats à la clé.

05.03.2011

Fédérale 3 : tremblez Roussillonnais !

Les clubs de Fédérale 3 du secteur Grand Sud (Armagnac-Bigorre, Languedoc, Midi-Pyrénées et Roussillon) sont sur les nerfs. A quatre journées de la fin, et après une lettre de rappel d'Antoine Marin le président du Secteur Grand Sud, ils ont pris conscience du danger que représentait la réforme fédérale évoquée en fin de saison dernière, réforme engagée pour réduire le nombre d'équipes en championnat de France.

Le règlement

Le 26 juillet dernier, la Commission des Épreuves Secteur Grand Sud publiait le règlement pour la saison de Fédérale 3 2010/2011. À l'intérieur de la missive de quatre pages était précisé le nombre d'équipes reléguées à l'issue de la compétition : 5 formations par poule et la moins bonne septième des quatre poules au soir de la dernière journée devraient retourner en séries territoriales.

Sept mois plus tard, le 2 mars, Antoine Marin, Président du Secteur Grand Sud jugeait bon d'adresser aux Présidents des quatre Comités du secteur une lettre où était surligné le passage suivant : « Des descentes supplémentaires pourront avoir lieu en fonction du nombre de descentes de Deuxième Division Fédérale (NDLR : en fait la Fédérale 2). Elles se feront dans l'ordre du classement dans les poules et inter-poules ».

En réalité, cette précision était déjà présente dans la missive de l'été dernier, mais seulement en dessous du tableau récapitulatif de qualification dans lequel étaient précisées les relégations. Bref, ce « passage » n'a pas retenu l'attention de tout le monde.

Quoi qu'il en soit, le document en question précisait que seuls 31 clubs du Secteur Grand Sud, contre 48 aujourd'hui, pourraient participer au championnat de Fédérale 3 la saison prochaine.

Les conséquences
 
En comptant les quatre équipes qui seront à coup sûr reléguées d'une poule 5 de Fédérale 2 uniquement composée de formations du Grand Sud, et les quatre équipes promues d'Honneur (une par comité), ne restent donc que 23 places à pourvoir pour la saison prochaine parmi les équipes engagées cette année.

Donc seuls les 5 premiers de chaque poule et les trois meilleurs sixièmes conserveraient leur place au mois de septembre prochain. Cela dans le meilleur des cas.

La situation actuelle
 
A part l'Entente de la Têt, déjà condamnée car elle ne peut plus combler son retard de points, la plupart des clubs roussillonnais de Fédérale 3 sont, à des degrés divers, touchés par la « nouvelle ». Millas, qui compte 20 points de retard sur le sixième de sa poule (la Côte Vermeille), aurait besoin, non pas d'un, mais de plusieurs miracles pour se sauver.

La Salanque Côte Radieuse, elle, avec 6 points de retard sur le sixième de sa poule, va devoir compter sur plusieurs faux-pas de ses concurrents pour espérer se maintenir, alors que la Côte Vermeille croise les doigts pour qu'aucune autre équipe du Secteur Grand Sud de Fédérale 2 ne descende. Elne est dans la même situation que la Côte sur laquelle elle ne compte que trois points d'avance à quatre journées de la fin.  

Le pire scénario

Aujourd'hui, la tendance est plutôt au pessimisme. Si le championnat s'arrêtait aujourd'hui, sept équipes de Fédérale 2 du secteur Grand Sud seraient reléguées : Thuir, Vendres, Gimont et Sigean-La Nouvelle dans la poule 5, Millau et Isle Jourdain dans la poule 6, Miélan-Mirande dans la poule 7. Et là, les conséquences seraient beaucoup plus importantes puisque toutes les équipes classées sixièmes de poule seraient automatiquement reléguées en séries régionales. 

L'espoir 

Si la possibilité que la Têt, Millas, Salanque et même la Côte Vermeille voire Elne soient relégués en Honneur, il existe au moins un motif d'espoir : qu'une équipe du secteur Grand Sud de Fédérale 3 se qualifie pour les quarts de finale et accède donc en Fédérale 2. Cela libérerait alors une place en Fédérale 3.

Laurent Morales et Eric Dubuis

28.07.2008

Aménagement de la RD612 entre Millas et Thuir


L'aménagement de la RD612 entre MILLAS et THUIR s'inscrit dans le projet global de la grande périmétrale de Perpignan qui relie Estagel, Millas, Thuir et Saint-Cyprien.
Le Conseil Général a inscrit cet aménagement dans son programme routier en vue d'une réalisation en 2010 et 2011. Les premières réunions de concertation avec la population se sont tenues le 16 Juillet dernier à Thuir et le lendemain à Millas.
Le projet présenté consiste à aménager cet axe routier de 7,7 kilomètres en élargissant la route actuelle ou en construisant une nouvelle route à côté de l'ancienne, selon les sections. Les trois principaux carrefours seront transformés en giratoires. Il est prévu tout au long de l'itinéraire une voie latérale réservée à la circulation locale et agricole ainsi qu'aux modes doux de déplacement (marche, vélo, roller). Globalement, ce projet permet de conserver les deux tiers des 600 platanes présents en bordure de la route et d'en planter 400 nouveaux.
Le coût de cette opération, entièrement financée par le Conseil Général, est évalué à 11 millions d'euros, acquisitions foncières comprises.
La population a manifesté son intérêt pour cet aménagement qui va permettre de sécuriser cette route et a fait part de ses observations aux services routiers du Conseil Général. Étaient présents  M. Jean-Luc Saly, chef de l'agence routière de Thuir, M. Michel Pannabière, directeur adjoint, M. Jacques Martin, Directeur des Routes, René Olive, Maire de Thuir, Damienne Beffara, Maire de Millas, Christian Bourquin, Président du Conseil Général et Gérard Falcou, Chef du Bureau d'Études.