31.08.2008

Marco Leal a hombros, cornada pour Tomasito.

leal.jpgHomogène et typée, la novillada des frères Jalabert aurait pu se solder par un triomphe général...
Seul Marco Leal est sorti a hombros (porté triomphalement) au terme d'une tarde prenante au cours de laquelle, en raison de la blessure de Tomasito, il tua trois novillos, coupant l'oreille de son second et les deux du dernier combattu à la place de son jeune compañero.
Puerta gayola initiale , bel engagement aux banderilles, présence de chaque instant face à chacun des trois novillos, Marco fit étalage d'une ambition du meilleur aloi et le public le remercia chaleureusement de sa conscience professionnelle d'autant que face à son premier, glissant à la sortie d'une paire de banderilles, il fut sérieusement accroché et l'échappa belle, sa taleguilla terminant en lambeaux.
Miguel Angel Delgado aurait probablement coupé trois oreilles en tuant moins mal.
Sa facilité est évidente, de même que son talent, mais c'est après être resté un peu en dedans du bon second qu'il donna sa réelle mesure face au meilleur cinquième. Avec un poil de nonchalance en moins et un peu plus de conviction, il est un sérieux espoir de relève, à condition de tuer mieux.
Tomasito resta pratiquement inédit, se faisant prendre dès la première série de derechazos, par son premier adversaire qui lui infligea au sol une cornada d'une quinzaine de centimètres au niveau de l'aine avec trajectoire ascendante mais heureusement superficielle.
Paraissant éteint à la sortie des piques, ce novillo reprit du poil de la bête durant le tercio de banderilles qu'il termina en patron.
Blessé, Tomasito eut le pundonor de porter l'estocade après s'être fait poser un garrot, et avant de passer à l'infirmerie d'où, après exploration de la blessure, il fut évacué vers l'hôpital de Perpignan qu'il quitta trois heures plus tard sous sa responsabilité pour aller se faire soigner à Nîmes.
Du lot des frères Jalabert, il convient de distinguer les seconds pour leur noblesse, quatrième et surtout les deux derniers. Le premier fut compliqué, et le troisième déconcertant.
Des gradins bien remplis et un grand beau temps ont servi un beau spectacle qui a ravi le public.