03.10.2014

L’USM ne retrouvera pas ses seniors cette saison

La réunion de la dernière chance n’a débouché sur rien : les seniors de l’équipe de rugby de Millas ne repartiront pas en Honneur.

millas, USM, école de rugbyReverra-t-on les joueurs de l’USM affronter Elne comme la saison dernière ?

Cette saison, l’équipe de rugby de Millas a été mise en sommeil. Alors qu’elle a été finaliste Honneur la saison dernière, l’USM n’aura pas d’équipes seniors en championnat cette année. La réunion qui s’est tenue le 19 septembre dernier entre le président du comité Pays catalan et le maire de Millas n’a pas permis de trouver de solution, notamment en raison du départ de 29 joueurs dans d’autres clubs et de 6 autres en “retraite” sportive.

Après cette douche froide, et la météo de circonstance ces derniers jours, comment réagissent les habitants de Millas.

Ce qu'ils en pensent

millas,usm,école de rugbyMadeleine, une habitante

« Que dire… C’est catastrophique. Mon fils y faisait du rugby. Mais, on n’a plus de soutien. Cela apportait beaucoup aux commerçants et à la vie de la commune. Le village a gros à perdre ».

millas,usm,école de rugby
David, garagiste à Saint-Féliu-d’Amont

« Ancien joueur jusqu’en junior, cela me “fout les boules”. Déjà l’année dernière, il n’y avait pas de cadets et de joueurs. il devait y avoir un souci, mais quoi ? Pour l’avenir, j’espère que quelqu’un, ancien joueur ou dirigeant, quelqu’un de vaillant et qui comprenne les jeunes, puisse relancer le club pour jouer comme à l’époque pour le clocher ».

millas,usm,école de rugby
Pascal, boucher-charcutier à Millas

« C’est très dommage, vraiment très dommage. Cela donnait de l’animation et de la vie le dimanche, les jours de matchs, c’était bon pour le commerce et le village. Pour une ville de 4000 habitants, c’est vraiment dommage, surtout qu’on a été surpris : on l’a appris au dernier moment alors que pourtant en fin de saison dernière, on nous laissait augurer des jours meilleurs. D’où le choc ».

millas,usm,école de rugby
Hugo, ancien joueur de l’US Millas

« Je suis dégoûté, Millas, c’est un club mythique connu dans tout le département pour son école de rugby et sa première. Que vont faire les anciens le dimanche ? Avant, ils pouvaient voir les jeunes jouer et suivre leur évolution et surtout se retrouver pour l’après-match. Étant, pour des raisons professionnelles, joueur à Bompas, cela m’aurait permis de jouer contre mes anciens copains. Si le club remonte l’année prochaine, il faudra que ce soit avec des potes à moi avec qui j’ai fait mon école de rugby et que d’anciens joueurs partis reviennent ».

millas,usm,école de rugby
Geneviève, boulangère

« C’était convivial, chacun donnait un coup de main, on se sentait bien. Autant de départs de joueurs, ce serait dû à une mauvaise entente entre dirigeants et joueurs, d’après ma clientèle. On a une désagréable sensation d’inachevé. On a rien fait pour la garder ».

millas,usm,école de rugby
Bernard, client de la boulangerie

« Le dimanche, c’était la sortie, on s’amusait, une sorte de 3e mi-temps, quand un village perd son rugby et sa pâtisserie, ce n’est pas bon signe. J’espère que cela repartira avec des joueurs de Millas, ayant l’esprit de clocher, car cela nous manque énormément ».

20.09.2014

Millas ne repart pas

Finaliste Honneur la saison dernière, l’USM n’aura pas d’équipe seniors en championnat cette année.

La réunion qui s’est tenue hier en début d’après-midi entre Paul Foussat, président du comité Pays Catalan, et Damienne Beffara, maire de Millas, n’aura pas permis de trouver de solution. Et comme attendu, la saison de l’USM se termine avant même d’avoir commencé. « C’est sûr, on ne repart pas, confirme Cédric Campa, éphémère entraîneur de l’équipe. Il y a beaucoup de frustration. Je suis un joueur du club à la base et je suis dégoûté de ne pas pouvoir rejouer avec mon club. Malheureusement, on n’a pas eu l’aide qu’il aurait fallu de la part du Comité ».

Une idée que réfute Paul Foussat. « Une équipe ne peut pas décider du niveau où elle va évoluer. On ne pouvait pas s’attendre à ça. Surtout de la part de Millas, qui était l’équipe numéro 1 du Comité puisqu’elle avait fini finaliste Honneur et que l’EscBacAsp est montée en Fédérale 3 ». En clair, l’USM qui a du faire face à une vague de départs cet été, souhaitait évoluer cette saison en 3e-4e série avec des joueurs qui
formaient l’année passée son équipe réserve. Un scénario qui n’aurait pas été du goût des autres clubs du groupe C. « Au Comité, on ne pouvait pas savoir que le club subissait autant de départs et se trouvait dans cette situation, reprend Paul Foussat. Et Millas aurait pu suivre l’exemple d’Elne la saison dernière. Ils ont serré les dents un an et cette année repartent avec deux équipes. Je suis persuadé que Millas aurait pu faire la même chose ».

Cédric Campa, lui, avait du mal à masquer sa déception hier soir. « On était même d’accord pour faire une croix sur le championnat de France. Mais le Comité ne nous laissait même pas faire le championnat territorial en 3e-4e série. Ce qu’ils nous proposaient, c’était de faire trois forfaits en Promotion et ensuite ils demandaient aux clubs de 3e ou 4e série de nous intégrer, mais simplement pour jouer des matches amicaux. Ou alors de perdre tous nos matches, ou presque, mais vu la formule du championnat, on aurait
quand même joué un barrage en Promotion. Mais comment voulez-vous, garder un groupe en perdant tous ses matches ». Ce matin, une chose est sûre, l’USM ne repartira pas cette saison et au bout du compte, tout le monde est perdant. L. M.

06.08.2014

Match à toucher à l'USM

C'est la reprise du côté du stade Roger-Roquefort, ce soir à 18 h 30 : cadets et Première match à toucher suivi d'une grillade.

10.06.2014

L'école de rugby à Port Aventura

millas,école de rugby,usm,port aventura,voyage► Les jeunes se souviendront de cette belle et trépidante journée.

Préparé minutieusement par les bénévoles et le staff de l’école de rugby, les jeunes pousses « rouge et noir », sont partis vivre de grandes aventures à Port Aventura, avec ses attractions et son univers féerique. Face à certaines attractions, c’était un véritable défi pour certains qui ont étanché leur soif d’aventure, l’espace d’une journée. Le charme agissait une fois de plus sur les petits et les grands et le retour clôturait cette escapade barcelonaise des rouges et noirs. Une fois de plus les éducateurs et accompagnants ont tout donné pour les jeunes.

07.06.2014

Les minimes de l’USM champions UFOLEP B

millas, USM, minimes, planxot, ufolep BLa saison des minimes du rugby à XV s’est passée dans un bon esprit grâce aux compétences et à la complicité des éducateurs. Ils ont su faire honneur au club en se comportant formidablement en championnat UFOLEP B en rencontrant des équipes prestigieuses. Ils ont décroché le fameux «planxot », récompense d’une année rugbystique authentique.

14.05.2014

Autopsie d’une hécatombe

Les clubs catalans n’ont pas brillé en championnat de France le week-end dernier avec deux qualifiés pour huit éliminés...

millas, championnat de france des séries, rugby, bernard mira, sorède, olivier allègre, EscBasAsp, eric caulo, St-Cyprien Latour, Sébastien lopez, USM► Le Millas de Samoura a buté sur Saint-Girons, un adversaire lourdement armé.

Le week-end dernier, sur dix clubs catalans engagés en championnat de France, huit ont baissé pavillon. Mais pour certains acteurs interrogés, cette berezina est due à un concours de circonstance. « On était pas mal diminués et on est tombés sur une belle équipe, note Bernard Mira, président de Sorède, éliminé par Thèze en 4e série (44-20). Et peut-être n’avons nous pas mis le même investissement qu’avant la finale régionale (gagnée face à Cabestany) ».

La décompression après le titre ?

En gros, brandir un planxot de champion du Pays Catalan suffirait à satisfaire les ambitions des joueurs. « On a eu trois semaines de repos entre notre finale et le championnat de France, explique Olivier Allègre, troisième ligne de l’EscBacAsp battu par Maubourguet en Honneur (22-14). Je pense qu’on a manqué de rythme et on n’a pas forcément mis les ingrédients. Ils n’étaient pas plus forts, on est juste passés à côté. Est-ce que notre championnat est plus faible ? Je ne sais pas. Après notre titre, on a peut-être plus pensé à faire la fête et on n’y était pas ».

Un championnat pas assez compétitif ?

Eric Caulo, entraîneur de St-Cyprien Latour battu par Lezat-sur-Leze (22-9) en 1re série, parle également de décompression. « La logique voudrait que le championnat de France soit motivant. On a un peu laissé la tête à Aimé-Giral (où St-Cyprien Latour a battu Bompas) et on est tombés sur une bonne équipe avec des décisions arbitrales qui nous ont porté préjudice. Si la formule du championnat y est pour quelque chose? Peut-être, mais quelle est la solution ? Les clubs Honneur pourraient se rapprocher du Languedoc ». Pour Sébastien Lopez, entraîneur de Millas battu par Saint-Girons en Honneur (19-12), c’est la faiblesse du championnat qui plombe les clubs roussillonnais. « On n’est pas du tout préparés au championnat de France. On prend le premier du Midi-Pyrénées qui ressemblait à une équipe de troisième division. Eux, ils ont vingt-quatre équipes en Honneur. Nous, quatre dont une fantôme. Alors l’année où tu n’as pas un niveau élevé comme il y a deux ans avec Le Boulou et la Salanque (champion de France et quart-de-finaliste), tu n’es pas prêt. La solution ? Peut-être se rapprocher des clubs de l’Aude ». En attendant de trouver la solution miracle, Ponteilla et le Vallespir, qui ont survécu à l’hécatombe, vont se sentir bien seuls ce week-end. L.M.

12.05.2014

Millas stoppé par St-Girons

Les Millassois sont tombés face à Saint-Girons. En mode diesel, les Catalans ont poussé sans remonter le retard.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons► Sans a fait jouer sa pointe de vitesse pour marquer le premier essai.

Dès l’entame, St-Girons joua léger devant, s’amusant à ça passe ou ça casse. Et ce fut le cas, à la sortie d’une touche dans les 22 mètres, les Ariégeois, pénétrèrent, sur un maul endiablé, laissant Dissegna plonger dans l’en-but (0-5). Prenant confiance et se libérant, les noirs de St-Girons profitèrent des ballons lâchés, des mauvais placements et des fautes… trop de fautes, ce qui permit à Pujol d’enfoncer le clou en inscrivant le second essai (0-12). Millas se devait de réagir, et c’est arrivé naturellement, Sans, toujours prêt à faire jouer sa pointe de vitesse sur son aile, déborda la défense adverse, inscrivit le premier essai millassois (5-12). Mais c’était sans compter sur l’âpreté des visiteurs qui, piqués au vif, repartirent de plus belle, jouant tous les coups et la persévérance finit par payer, sur un maul pénétrant Parenti, s’écarte, chistera pour Durrieu, qui aplatit le cuir entre les poteaux (5-19, 40).

A la reprise, il ne restait plus que 40 minutes à Millas pour vivre, l’USM n’avait pas le droit au faux pas. Après une première mi-temps nettement insatisfaisante, les Catalans se remirent au combat, faisant une seconde mi-temps de feu. Billes toujours égal à lui-même, déstabilisa St-Girons, et tel un feu follet, virevoltant de gauche à droite et surplombant l’équipe adverse, alla en dame (12-19). Millas commençait à espérer, mit tout le banc et ses tripes pour parvenir à renverser le jeu, le chrono tournait mais Millas ne trouvait pas la solution. St-Girons ne lâchait rien. Le chaud et le froid soufflaient en cette fin de partie, le chaud avec cette passion «rouge et noire », luttant jusqu’au bout, le froid avec cette poisse qui n’en finissait pas et qui laissa le score tel quel. Cela s’est joué sur des détails. Chaque équipe a eu ses temps forts, ses temps faibles, mais même les dinosaures finissent par chuter. Et c’est arrivé naturellement, Millas fait la pause.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons